Sanctuaire Notre-Dame de Grâces

" Qu’ on vienne en procession ici à Cotignac pour recevoir les dons que je veux y répandre "

L’origine du mal et du salut dans l’humanité

En ce dimanche, nous lisons le passage de la lettre aux Romains sur lequel la foi de l’Église concernant le péché originel se fonde essentiellement :
« Par un seul homme (Adam), le péché est entré dans le monde, et par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes » (Rom 5,12).

En fait, c’est parce que Dieu a confié une responsabilité capitale au premier homme, à l’égard du genre humain, que son influence, bénéfique ou maléfique, devait se faire sentir chez tous ses descendants, chez tous ceux qui partagent avec lui la nature humaine. Nous sommes tous solidaires les uns des autres, membres d’un même corps humain dont Adam était la tête.

Notre premier père a désobéi à Dieu, en choisissant lui-même d’appeler bien ce qui lui plaisait et mal ce qui ne lui plaisait pas, sans référence au Créateur. Ignorer que l’homme a désormais une nature blessée, inclinée au mal, donne lieu à de graves erreurs dans le domaine de l’éducation et des mœurs, de l’action sociale et de la politique.

Si saint Paul souligne notre solidarité dans le péché et la condamnation, c’est pour exalter notre solidarité dans la grâce, qui nous est donnée en Jésus-Christ, nouvelle tête de l’humanité : « Si la mort a frappé la multitude des hommes par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la multitude, à partir d’un seul homme, Jésus-Christ » (Rom 5,15).

Frère Hubert-Marie