Sanctuaire Notre-Dame de Grâces

" Qu’ on vienne en procession ici à Cotignac pour recevoir les dons que je veux y répandre "

2- Les noces de Cana : les noces de l’Agneau

L’Eucharistie est d’une certaine manière analogue à un repas de noce.
« Heureux les invité au festin des noces de l’Agneau » nous dit l’Apocalypse et la liturgie de l’Eglise traduit :
« Heureux les invités au repas du Seigneur »
Les noces de Cana sont le signe des noces du Christ, Agneau de Dieu avec nos âmes. Les noces au point de vue humain représentent la plus grande fête, c’est la fête de l’amour. Deux familles s’unissent et célèbrent ensemble l’amour de leurs enfants.

Les noces de l’Agneau
Le Christ s’est uni par le mystère de l’incarnation à tout homme et à chaque homme. Il est devenu l’un de nous et parce qu’il est Dieu, nous sommes maintenant à Lui. Nous lui appartenons. Ces noces, il les a scellées dans l’extrême amour jusqu’à prendre sur lui ce qui nous brisait, ce qui nous détruisait, le péché de l’homme. Ils n’ont plus de vin signifie pour le cœur de Jésus ».Ils ne savent plus adorer, ni s’aimer les uns les autres
Alors l’Eglise, son épouse se fait belle et célèbre chaque dimanche (et même quotidiennement) ces noces éternelles de l’Agneau, ces noces du Christ crucifié et glorifié avec notre humanité de pécheur. Nous n’en sommes pas digne, mais puisque cet amour vient de Lui et que Lui veut cette union dans le mystère de notre rédemption alors elle lui donne son consentement et met sur nos lèvres des mots justes : « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri ». Il ne s’agit plus alors de se regarder et de se culpabiliser mais de contempler de quel amour nous sommes aimés malgré le péché actuel.

Devenir les serviteurs de l’amour
Il est venu s’asseoir à la table des pécheurs pour nous inviter aux noces éternelles de son Père. Il est venu nous apprendre ce que veut dire être les biens aimés du Père. Notre bonheur est d’accueillir cette invitation, de la recevoir dans notre intimité et de commencer à l’honorer en le servant. On aime servir un invité de marque, on aime servir un être très aimé. Alors le Seigneur demandait aux serviteurs de« puiser l’eau et la verser aux convives » maintenant il nous dit : « célébrez ce saint sacrifice en mémoire de moi et lavez vous les pieds les uns aux autres comme moi je l’ai fait, alors bienheureux serez vous si vous faites ainsi ».
Toute l’Eglise est en tenue de service quand elle célèbre le mystère de l’eucharistie (elle puise l’eau) et quand elle entretient des relations d’amour avec chacun des membres (servez en aux invités).
Il n’y a pas de plus grand acte pour elle de s’associer au sacrifice de son Seigneur rendu présent et actuel pour le salut du monde.

Marie médiatrice
Marie, comme à Cana, veille sur chaque célébration eucharistique, elle connaît les pensées secrètes de biens des cœurs et elle ne cesse d’intercéder auprès du Seigneur. Elle nous demande la soumission de notre intelligence dans l’acte de foi à ce que le Seigneur réalise pour nous communiquer sa grâce dans et par ce sacrement qui est le sommet de l’activité de l’Eglise , il rend présent aujourd’hui le mystère de la Rédemption.
vasari-giorgio-marriage-at-cana