Sanctuaire Notre-Dame de Grâces

" Qu’ on vienne en procession ici à Cotignac pour recevoir les dons que je veux y répandre "

4- L’onction de Béthanie : repas d’action de grâce

Ce repas est l’action de grâce que les deux sœurs, Marthe et Marie, veulent rendre au Seigneur pour la mort et la Résurrection de leur frère Lazare. L’eucharistie est aussi l’action de grâce de toute l’Eglise pour la mort et la résurrection de son Seigneur et pour ce sacrifice d’amour rendu présent au milieu de nous jusqu’à la fin des temps.

Une hostie sainte, pure et agréable à Dieu
A l’intérieur de ce repas d’action de grâces, il y a Marie Madeleine qui a l’initiative particulière d’offrir un parfum de grand prix. A l’intérieur de la liturgie de la messe, ceux qui aiment Jésus d’une façon très intime sont appelés à lui offrir leur propre vie en hostie sainte, pure et agréable à Dieu.
Judas qui se situe à cet instant en dehors de cette communion des cœurs, ne comprend pas cette action de grâce et y oppose le prix de ce parfum que l’on aurait dû verser aux pauvres. Jésus prend la défense de Marie Madeleine et lui fait comprendre que le pauvre c’est lui et qu’il sera, jusqu’à la fin des temps, heureux de recevoir cet hommage, ce sacrifice d’action de grâce de ses amis. Mais il ajoutera que ce parfum devait être réservé pour sa sépulture. Car ce jour où on l’ensevelit, les ténèbres ont envahi le monde et les esprits. Tous pensèrent : Est-il vraiment Dieu car il est mort ? Dieu peut-il mourir ? Il est parti où ? Alors en ce jour précieux, le parfum que Jésus reçu fut la foi et l’espérance de Marie. Tous ont fui, tous l’ont abandonné, tous l’ont quitté, le doute s’insinue dans les esprits.

Marie gardienne de la foi
Marie garde la foi, Marie est l’épouse qui suit son seigneur, garde et adhère à sa Parole de vie. Marie durant ce temps du sépulcre croit que Jésus est la vie, croit qu’il vient du Père et retourne vers le Père, croit que Jésus est la Résurrection et la vie.
Jésus se demande s’il trouvera la foi sur la terre quand il reviendra. Cela aussi a bouleversé Marie et au cœur de l’Eglise elle veille à ce que cela aussi ne s’accomplisse pas .Alors quand les temps sont difficiles, la Mère doit mettre du sien elle doit parler à chacun dans le secret, elle sait comment gagner les cœurs, elle est Mère de notre foi, elle veut éveiller notre foi contemplative dans la célébration du mystère eucharistique. Elle veut que nous apportions d’âge en âge au Seigneur ce parfum d’un grand prix et cela jusqu’à son retour dans la gloire. On célèbre le mystère de l’eucharistie dans la foi de l’Eglise et cette foi supplée à notre déficience. On est portée en quelque sorte par cette communion de foi de toute l’Eglise de tous les temps et dans tous les lieux.

Le sacrifice agréable à Dieu
Il y a rendu présent un « contenu énorme » qui est la célébration de ce mystère pascal pour tous les hommes, de tous les temps, les vivants et les morts, les présents et les absents, les amis du Seigneur et ses ennemis ceux qui l’adorent et ceux qui ne le connaissent pas encore. Il y a dans chaque messe célébrée quelque chose qui nous dépasse tous qui est le toujours plus grand du Seigneur, le toujours plus merveilleux, le toujours plus aimant du Seigneur qui s’établit sur ceux qui l’adorent.
« Le prêtre prend l’hostie dans ses mains et l’offre à dieu, vous aussi vous avez à faire à Dieu l’offrande de votre hostie qui est toute spirituelle et c’est vous-même… Cette offrande de vous-même, faites là totalement, généreusement et joyeusement. Ne faites pas comme Caïn qui n’offrait au seigneur que ce qu’il avait de moindre, mais offrez à Dieu ce que vous avez de meilleur de votre cœur, le meilleur de votre âme et de votre vie toute entière » Marthe Robin.
C’est ainsi que Marie a fait de toute sa vie une vivant offrande, un sacrifice d’adoration qui plait au Père.
scan0010