Sanctuaire Notre-Dame de Grâces

" Qu’ on vienne en procession ici à Cotignac pour recevoir les dons que je veux y répandre "

5- L’institution de l’Eucharistie et le lavement des pieds

Jean est le seul évangéliste qui fait le lien entre le lavement des pieds et l’eucharistie : « Jésus sachant que son heure était venu de passer de ce monde vers le Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde les aima jusqu’à la fin »
Ainsi l’heure de Jésus s’accomplit, il pense à ce que le Père lui demande : manifester aux hommes son amour de Père par un acte d’extrême amour. Il sait qu’il vient de l’amour, il vient du Père qui est source de toute lumière et de tout amour, il va vers le Père et il est lui-même le bien aimé. Il a en lui-même toute cette lumière et tout cet amour qui est dans le Père. Alors il accomplit sa mission, manifester, révéler cet amour. Aucune parole n’est adéquate à l’amour, il n’y a qu’un geste qui peut révéler et manifester quelque chose de son intensité et de sa vérité. Le Seigneur nous enseigne que lorsque l’on est face à un homme qui a le visage en partie brûlée par le péché, il faut conquérir son cœur en s’abaissant devant lui. Le Seigneur ne s’abaisse pas par faiblesse, ni par calcul mais pour manifester l’extrême de son amour.
En lavant les pieds de ses disciples en prenant la place de l’esclave, le Seigneur accomplit ce qui est inconcevable : « Un grand qui s’abaisse devant un petit !! »

Les moeurs de l’amour divin
En faisant ainsi le seigneur nous révèle les mœurs de l’amour qui sont en Dieu. Celui qui envoie s’efface et laisse passer l’envoyé devant lui. Le Père qui est à l’origine de tout, donne tout au Fils et s’efface dans le silence, Le Fils est source de l’Esprit Saint avec le Père et il s’efface devant lui. L’Esprit Saint est l’âme de l’Eglise et il s’efface devant le gouvernement de Pierre. Ainsi le Seigneur est en train d’apprendre aux hommes toutes choses nouvelles. Il va si loin, il va jusqu’à l’extrême exercice de la miséricorde, il ne s’assied plus à la table des pécheurs mais il lave les pieds des pécheurs. Il n’est plus au niveau des disciples, il est plus bas qu’eux. Il prend en quelque sorte la dernière place et personne ne lui a ôtée.
Ainsi le Seigneur nous apprend que seul l’amour peut purifier les péchés et donc il s’agit de consentir à ce que l’amour face son œuvre au plus intime de nos âmes, que cet amour nous attache à lui et nous détache de tout ce qui n’est pas lui. Il voit ces pieds sales, il voit notre misère, il en connaît tous les contours : pauvreté, faim, dénuement, maladie, mort, saleté, souillure des âmes, dépravation. Le Seigneur et lui seul peut s’abaisser ainsi et laver ce que lui seul peut purifier. Ainsi le Seigneur annonce ce qu’il ferra à la Croix, il enlèvera le péché du monde en en portant toutes les conséquences
Ainsi donc dans la célébration de l’Eucharistie, on commence par se reconnaître pécheur, chacun doit permettre au Seigneur de purifier son âme. Cette confession n’est pas un but en soi mais de permettre au Seigneur de faire son œuvre. L’homme ne peut pas tout comprendre de ce que fait le Seigneur, mais en donnant son consentement il lui permet de se pencher sur nos âmes et d’y accomplir le mystère de la rédemption. Il s’agit alors d’apprendre à dire le « oui » de Marie pour que la grâce nous emporte toujours plus loin.

Les abaissements du Seigneur
Dans le mystère de l’eucharistie, le Seigneur continue de vivre son abaissement, il se fait si petit (l’hostie) si pauvre (le pain), si dépendant (les mains du prêtre), si vulnérable (il faut le manger) qu’il n’a pas trouvé de moyens plus adéquat pour nous dire et nous exprimer son amour.
A chaque messe, Jésus s’abaisse, se sacrifice de gloire est rendu sacramentellement présent sur tous les autels du monde. Le Tout Puissant, le Dieu omniprésent et omniscient livre son amour à celui qui le reconnaît dans la foi : voilà la science des saints.
Que peut-il faire d’autre ? Que peut-il imaginer d’autre ? Comment peut-il nous enseigner autrement la science de l’amour ? Il s’abaisse jusqu’à l’extrême pour nous élever jusqu’à l’extrême : le sein du Père

Par le mystère de l’eucharistie célébrée sur cette terre quotidiennement, Jésus conduit toute l’humanité vers le Père en nous éduquant à vivre et à exercer la charité. Il s’agit ensuite pour chaque chrétien de faire de même, là il habite et de devenir ainsi le serviteur de la civilisation de l’amour.
madox-brown-ford-jesus_washing_peters_feet