Sanctuaire Notre-Dame de Grâces

" Qu’ on vienne en procession ici à Cotignac pour recevoir les dons que je veux y répandre "

2-LA VISITATION

Après l’annonciation, toute l’existence de Marie est transfigurée par la présence du Verbe en son sein. La mère porte l’enfant et le conçoit en son sein, et le VERBE porte sa mère en assumant l’humble condition humaine.

Dieu a voulu ainsi se lier à l’existence d’une femme, il a voulu naître d’elle, il a voulu se lier pour toujours et définitivement à l’humanité. La foi et l’espérance vont être cette parenthèse qui va enfermer Marie dans cette prison d’amour. Si elle demeure recluse dans cet acte de foi et d’espérance, l’amour ne pourra que croître car il a son principe en Dieu jusqu’au jour où la parenthèse disparaîtra pour laisser la place à la claire vision.

Le ciel est venu parmi nous et il s’est enfermé, reclus dans le sein de Marie par son acte de foi. Maintenant il lui revient de le donner au monde. Il lui revient de le donner à tous ceux qu’elle rencontrera. Il lui revient de le donner en accomplissant les humbles taches de la vie commune et notamment en rendant visite à tous les siens qui sont dans le besoin ou la peine.

Marie rencontre sa vieille cousine Elisabeth et dans cette rencontre, les deux alliances se sont embrassées. Ce qu’il y avait encore d’obscur et même de ténébreux dans l’ancienne alliance a été épousé et assumé par le Verbe de Lumière.

Les deux participent de la même joie, du même bonheur, de la venue du Sauveur. Pour Elisabeth, c’est encore en attente : c’est par Marie qu’elle rencontre son Sauveur et c’est par sa présence cachée qu’elle et Jean Baptiste, qu’elle porte en son sein, sont sanctifiés. Pour Marie, c’est une joie qui est déjà plénitude et qui vient de la miséricorde de Dieu qui s’est ainsi abaissé sur sa petitesse, sur son indigence, sur sa pauvreté de créature.

Marie alors s’adresse à nous pour nous faire comprendre qu’il en est ainsi depuis Abraham et qu’il en sera ainsi jusqu’à la fin des temps. Sa miséricorde s’étendra d’âge en âge, de continent en continent, sur tous ceux qui auront l’audace de croire que Dieu est plus grand que notre cœur et que son amour est victorieux même de la misère qui est en nous.

daret-jacques-visitation