Sanctuaire Notre-Dame de Grâces

" Qu’ on vienne en procession ici à Cotignac pour recevoir les dons que je veux y répandre "

17- ASSOMPTION ET REGENCE DE MARIE

Quand Dieu se penche sur sa petite créature, il ouvre déjà son âme à le recevoir, c’est cela la miséricorde. Marie fut la première à bénéficier de cette gloire. Dés sa conception, elle reçut la grâce d’être préservée du péché originel en raison des mérites de la passion du Seigneur qui lui furent attribuées par avance. Ainsi toute sa vie fut plongée dans le mystère de la glorieuse passion du Seigneur. Cet immense Amour de la Sainte Trinité enveloppe et porte son âme, elle est la petite enfant du Père, la digne Mère de Jésus, l’épouse du Saint Esprit. De cet amour va découler sa mission : être unie à Jésus d’une manière telle qu’elle achèvera ce qui manque à sa passion en lui permettant d’être une humanité de surcroît dans la foi et l’espérance.
Ceci n’est pas pour elle un destin dans le sens de fatalité et de résignation face à quelque chose qui arrivera d’une façon inéluctable et écrasante mais consentement, adhésion, accueil amical, choix personnel d’engager toute sa vie à accomplir le dessein d’amour de son Dieu qu’elle perçoit. Ainsi toute sa vie va être enfermée dans cette prison de l’amour, et elle veut y demeurer, car cet amour est plus grand qu’elle et donne plénitude de vie à toute son existence même quand les ténèbres et les souffrances de la Croix la rejoindront.
Cette acceptation du plan de Dieu sur elle a eu comme quatre moments : les mystères de joie sont les éclosions de l’amour dans son cœur ; les mystères de lumière lui permettent d’être disciple du Seigneur et de recevoir de lui toujours plus de Lumière ; les mystères de douleur donneront à son cœur de femme une profondeur jusque là inconnu parmi les hommes, et tout cela lui permettra de rester sur la terre dans l’obéissance au Père pour achever sa mission de Mère des hommes et de l’Église.
Ainsi Marie a vécu toute sa vie dans l’obéissance qui lui a permis de s’ouvrir et de recevoir le degré de gloire à laquelle le Père la prédestinait.
L’obéissance de Marie est élevée au-dessus de tout ce qui est purement humain par l’Esprit qui la couvre de son ombre et l’identifie à l’obéissance du Fils Bien Aimé. Le Père retrouve en son âme l’obéissance du Fils et c’est pourquoi il la fait entrer dans sa gloire. « Si quelqu’un me sert, qu’il me suive, et où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera » Jn 12,26.
Il se peut qu’après avoir reçu un sacrement, suivi une retraite, ou encore prononcé des vœux avec ferveur, nous soyons comme épuisés et que notre vie chrétienne se traîne. Il faut alors vite confier cela à Marie pour qu’elle nous fasse comprendre ses liens d’amour avec le Seigneur par lesquels nous sommes liés. Que l’expérience d’amour fervent qui nous a tirés hors de nous, continue même si elle n’est plus sentie. Il s’agit alors de donner le consentement à tout ce que le Seigneur fait et ferra car il nous conduit vers le Père. Le Règne de notre Père est invisible mais il est ce qu’il y a de plus aimant, de plus lumineux, de plus juste et vrai.